top of page
Bachsaibling Skin.JPG

La truite mouchetée

Salvelinus fontinalis Mitchill 1814

Ce représentant coloré des salmonidés a été importé en Europe depuis l'Amérique du Nord dès 1884. Il est donc classé comme néozoaire, animal exotique ayant pénétré dans une zone faunistique qui lui était à l'origine inaccessible par l'intervention de l'homme. C'est un poisson très populaire parmi les pêcheurs et est également apprécié comme poisson de consommation. Cependant, la reproduction naturelle étant rare en Europe, l'espèce ne peut être préservée que par ensemencement. Car même si elle ne se reproduit guère naturellement, les animaux forment des produits sexuels et la reproduction artificielle correspond largement à la méthodologie utilisée avec nos truites fario.

L'incitation à produire soi-même ces poissons est due au fait qu'il n'était pas possible d'obtenir des animaux à l'aspect coloré si typique de l'omble de fontaine, tel qu'il est souvent représenté.

Pourquoi donc? L'omble de fontaine est généralement utilisé pour la production de poisson comestible et non comme poisson d'empoissonnement - ce qui est une bonne chose. Il n'a tout simplement pas sa place dans les eaux libres, car il chasse ses proies en concurrence directe avec la truite fario et occupe des structures d'eau similaires, les déplaçant également potentiellement. D'autres avantages par rapport à l'omble de fontaine sont que l'omble de fontaine n'a guère besoin d'abri - comme c'est malheureusement souvent le cas avec nos cours d'eau redressés et donc à débit rapide, ainsi que la meilleure tolérance à l'eau acide - en raison des monocultures d'épicéas.

Ces poissons n'ont donc pas leur place en eau libre et sont destinés à la consommation ou à la pêche à la ligne - la plupart d'entre eux finissent directement de la ferme directement dans votre assiette. Il faut s'attendre à ce que les pisciculteurs aient cherché un moyen d'augmenter leur rendement, un moyen qui ne sert pas nécessairement la préservation de l'espèce naturelle, son apparence et il a été trouvé. La solution pour pouvoir produire plus rapidement de plus grandes quantités est le "Alsässer-Saibling" ou "Salvelinus alpinus x fontinalis", un hybride qui a probablement été cultivé pour la première fois en Alsace. Dans ce croisement, l'omble chevalier (alpinus) est utilisé du côté femelle et l'omble de fontaine (fontinalis) du côté mâle. Dans le cas de l'hybridation, les animaux sont généralement visuellement plus proches de l'espèce mère - ici l'omble chevalier - d'où les marques et les marbrures plus faibles. On prétend aussi souvent que les "Alsaciens" sont stériles et incapables de se reproduire - c'est tout simplement faux. Les hybrides ne sont pas nécessairement stériles, mais la reproduction naturelle est aussi improbable que celle des animaux parents.

Trouver des parents avec l'apparence souhaitée, à partir d'une source fiable, s'est avéré aussi difficile que fastidieux. Le cheptel reproducteur a été constitué de jeunes poissons afin qu'ils puissent s'habituer aux conditions de l'élevage.Nous avons obtenu des animaux d'éleveurs privés et les avons même transportés de Bavière à l'Eifel. Cela devrait prendre 4 ans avant que les premiers œufs puissent être dépouillés. Au printemps 2021, les premiers œufs d'omble de fontaine sont arrivés à l'écloserie, ils ont été récupérés chez un ami éleveur alors qu'ils étaient au stade du point oculaire et nous avons pu acquérir une première expérience dans l'élevage des larves jusqu'au semis. . À ce stade   entrons un peu plus dans les détails. L'élevage de l'omble de fontaine local a naturellement la priorité absolue - cependant, l'omble de fontaine fraye plus tôt, nous ne pondons donc qu'un petit nombre d'œufs, car il doit toujours y avoir suffisamment d'espace pour les farios.  Par conséquent, les œufs ont été placés dans l'incubateur, qui a une capacité élevée et est tout aussi bien adapté aux œufs d'ombles chevaliers plutôt petits.

aa5982fa-f50c-4e78-98fa-17bfc385a0bc.JPG

Un incubateur offre divers avantages par rapport à l'incubation en filière. L'espace requis est très réduit avec, dans ce cas, 0,8 m² avec un besoin en eau minimum de 2L/s et une capacité allant jusqu'à 120 000 œufs. Un autre avantage est la possibilité de séparer les canevas selon les troncs, chaque fente peut être divisée en 8 compartiments maximum. Il en va de même pour les œufs dans le point de vue ou aussi. Les larves de poissons peuvent être renvoyées dans leurs eaux d'origine.

La quantité moyenne d'œufs dans un rogner d'omble de fontaine est de 2 000 à 3 000 par kg de poids corporel. Les œufs de nos animaux de 4 ans mesurent environ 3 mm de diamètre, ils peuvent mesurer jusqu'à 5 mm, ils sont donc plus de la moitié plus petits que ceux de la truite fario.

Donc ici à droite sur la photo les ovules fécondés au stade oculaire. A ce stade, les œufs sont largement insensibles au transport. Il faut savoir que nous manipulons le moins possible les œufs gagnés pendant l'incubation. Un transport est seulement non fécondé (œufs et lait séparés), ici la fécondation a lieu immédiatement après l'arrivée dans l'incubateur, peu de temps après la fécondation dans une petite fenêtre de temps et juste après avoir atteint le point oculaire. C'est assez facile à reconnaître - les yeux de la larve sont maintenant si développés qu'ils peuvent être vus à travers la membrane de l'œuf. Pour le transport, les œufs pondus sont retirés de l'eau, divisés en compartiments dans un récipient isolant, qui, à l'instar de l'incubateur, sont divisés en étagères puis empilés.

IMG_9971.jpg

Cela peut sembler faux au premier abord que les œufs soient transportés à sec, mais c'est justement ce qui empêche les œufs de trop bouger, ils sont "fixés" pour ainsi dire, car ils ne sont pas insensibles aux chocs et aux vibrations, qui se produisent inévitablement dans l'eau qui clapote. L'étage du bas est laissé libre et celui du haut est rempli de glace. Celui-ci dégivre pendant le transport et l'eau s'égoutte ensuite à travers les différents étages, assurant ainsi une humidité et un refroidissement suffisants avant de se rassembler à nouveau au niveau le plus bas.

IMG_7221.JPG
IMG_7222.JPG
IMG_7223.JPG

Arrivés à l'incubateur, les  eggs sont ensuite sélectionnés avant d'être placés dans une fente de l'incubateur. Cela aurait été possible à l'avance, mais il aurait été beaucoup plus pratique de le faire dans l'incubateur. Comme les  Les salmonidés se multiplient généralement pendant la saison froide, ce transport ne pose pas de problème en termes de température. Selon la lecture que vous faites, l'omble de fontaine est donné avec 450 à 470 degrés quotidiens. Supposons donc une moyenne de 460 TG à une température moyenne de l'eau de 6°C, ce qui se traduit par une éclosion vers le 76e jour. Nos embrayages avaient à 35-.40. Le jour a atteint le point oculaire, laissant près de 4 semaines de temps pour un transport soit 168 degrés de jour. Vous devez toujours en tenir compte au préalable, car la température augmente pendant la procédure et, selon la durée, l'éclosion peut alors éventuellement commencer.

IMG_7225.JPG

Ensuite, tout le monde retourne prudemment à l'eau. Ici maintenant d'abord dans une plus grande boîte de sous-verse d'une auge à long débit, tout ce qui n'est pas fertilisé est maintenant lu (pas de point oculaire reconnaissable = rejets). Ensuite, il passe sur la plaque de comptage pour déterminer la quantité exacte, déjà dans l'incubateur. A partir de là, les soins quotidiens commencent, comme si vous les aviez mis sur vous-même, jusqu'à l'éclosion. Étant donné que l'omble de fontaine, du moins en Europe, est très susceptible de provenir d'élevages, il n'y a généralement pas de problèmes à prévoir dans la poursuite de l'élevage, ce qui signifie avant tout la conversion en aliments exogènes. Toujours un point critique de l'élevage à ne pas manquer, mais avec les poissons sauvages, ce processus peut souvent être semé d'embûches.

Voici les ombles de fontaine éclos au stade larvaire. Ils peuvent être décrits au mieux comme la taille d'une épingle - vraiment très petit et filigrane. C'est d'autant plus étonnant quand on imagine qu'une si petite chose deviendra ce que vous verrez ci-dessous. Lorsque les premières truites fario ont été relâchées dans la nature en avril, les ombles ont pu se déplacer dans un chenal devenu libre - encore assez petit mais se déplaçant déjà beaucoup plus loin en direction des poissons.

IMG_7378.JPG
IMG_7264.JPG

À partir de là, cependant, les petits se développent assez rapidement, avec une augmentation de la taille des aliments de plus en plus régulière   et plus rapide.

IMG_7593.JPG
IMG_7595.JPG

Les trois photos ci-dessus montrent assez bien l'évolution. Sur la droite, vous pouvez déjà voir les rayures juvéniles caractéristiques qui se forment déjà sur les flancs, le développement des nageoires et leur rougissement ainsi que les rayons blancs des nageoires. Nous aurions aimé suivre et enregistrer plus longtemps l'évolution de la petite omble de fontaine, mais cela n'a malheureusement pas été possible. Le 14 juillet 2021, le couvoir de Willwerath a été endommagé par l'inondation et l'approvisionnement en eau a été détruit. Heureusement, l'eau dans l'installation n'était "que" jusqu'aux genoux et tous les poussins restants dans l'installation pouvaient encore être évacués car l'eau n'atteignait pas les bassins.

Parallèlement à l'incubation, nous recherchons des animaux d'un an afin de permettre une entrée en élevage plus précoce. En sélectionnant des animaux d'autres sources et des animaux de race, l'objectif est de créer un pool génétique le plus large possible. Comme mentionné au début, nous avions trouvé une entreprise qui élève du poisson de haute qualité en Bavière et était disposée à nous fournir une quantité suffisante.

IMG_3054 Kopie.jpg

Pour le transport de plus de 600km nous sommes partis en pleine nuit pour arriver à destination au petit matin. Le voyage a eu lieu fin mars, donc aucun problème de température n'était à prévoir. La remorque de transport dispose du système d'oxygène nécessaire avec des bouches d'aération en EPDM et un conteneur isolant qui protège les 600 litres d'eau du réchauffement pendant le voyage.

Arrivés à l'élevage, nos poissons attendaient déjà dans les bassins pour être récupérés. Ils ont été pêchés dans l'étang la veille, ce qui réduit considérablement le stress du transport, car les poissons retournent à l'eau assez rapidement lorsqu'ils sont transférés dans le conteneur de transport.

PHOTO-2021-03-27-20-46-33 2 Kopie.jpg
PHOTO-2021-03-27-20-46-33 6.jpg

Après avoir réglé le système d'oxygène  , le poisson a pu être chargé et nous avons repris le chemin de l'Eifel. Cependant, cela a pris plus de temps que le trajet - toutes les 45 minutes, nous avons pris une pause pour vérifier la saturation en oxygène avec l'oxymètre et faire des ajustements si nécessaire. La saturation a été maintenue à 95 % en moyenne sur l'ensemble du parcours.

De retour à la maison, tous les chars ont bien survécu au transport et nous avons pu commencer à nous adapter. L'eau ne s'est réchauffée que de 1,5°C pendant le voyage. Un tiers de l'eau a maintenant été vidé du réservoir et progressivement rempli avec l'eau du bassin. De cette façon, les animaux pourraient s'habituer aux valeurs de l'eau en douceur, puis être déplacés.

PHOTO-2021-03-27-20-46-33 8 Kopie.jpg
aa9d0d52-a3ef-40b7-b76d-d7d583e39dba.JPG

Il ne restait plus qu'à faire  -  wait. Les poissons avaient une taille moyenne de 15 cm et auraient dû atteindre la barre des 30 cm à l'âge de trois ans. À cette fin, l'alimentation a commencé avec des aliments à teneur élevée en carotène. De 2 mm   jusqu'à 6 mm de grain. L'omble chevalier a un espace buccal plus petit - il faut donc toujours choisir des tailles de grains plus petites que pour la truite brune. 

Après   la longue attente, nous avons pu gagner les premiers œufs d'omble de fontaine de nos propres poissons fin 2022 et les pondre à l'écloserie. Les animaux se sont très bien développés ces dernières années, comme on peut le voir sur les photos suivantes.

a84a2291-2f21-4b36-9a95-98038bcbe278 Kopie.JPG
bottom of page